A Domicile

Édition 2022

Du 16 au 27 août 2022


Mardi 16 août : Réunion de présentation des artistes et inscriptions aux ateliers
Du mercredi 17 au vendredi 26 août inclus : Ateliers participatifs ouverts à tou·te·s et gratuits
Du 22 au 26 août inclus : Ateliers participatifs à destination de l'ALSH de Guissény
Vendredi 26 août à 20h30 : découverte de l'univers des équipes artistiques invitées
Samedi 27 août : Journée des restitutions (programme détaillé en cours)

Visuel_Katerina Andreou_A Kind of Fierce_crédits Jacob Garet_Adomicile22.jpg

Katerina Andreou

Née à Athènes, Katerina Andreou est basée en France. Diplômée de l’Ecole de Droit d’Athènes et de l’Ecole Nationale de Danse d’Athènes, elle a suivi le programme ESSAIS au CNDC d’Angers et est titulaire d’un Master de recherche chorégraphique (Paris 8).

 

Comme interprète elle a notamment collaboré avec DD Dorvillier, Anne Lise Le Gac, Lenio Kaklea, Bryan Campbell, Dinis Machado, Emmanuelle Huynh, Ana Rita Teodoro. Dans son propre travail elle développe une pratique physique propre à chaque projet et recherche des états de présence qui résultent d’une constante négociation entre des tâches, fictions ou univers contrastés voire contradictoires, remettant souvent en cause les notions d’autorité et de censure. Elle crée elle-même l’environnement sonore de ses pièces qui devient son principal outil dramaturgique. Elle a reçu le prix Jardin d’Europe au festival ImpulsTanz en 2016 pour son solo A kind of fierce. Elle a ensuite crée le solo BSTRD (2018), le duo Zeppelin Bend (2021) avec Natali Mandila, et dernièrement le solo Mourn Baby Mourn (2022). Elle est artiste associée au centre chorégraphique national de Caen en Normandie pour 2022-2024.

katerinaandreou.com

Portraits_Collectif Es_Adomicile 22.jpg

Le Collectif ès

ÈS est une préposition qui signifie En matière de.
Elle est toujours suivie d'un pluriel et donc d'une multiplicité, comme celle que le Collectif ÈS, Sidonie Duret, Jeremy Martinez et Emilie Szikora, recherche dans l'idée du collectif.


Depuis 2011, ils font le pari que tout objet ou acte créatif soit cosigné à trois. Cette recherche est sans cesse alimentée par des questionnements autour de la communication, de l'énergie de groupe, de la nécessité d'un tel fonctionnement et du rôle social qu'il peut jouer. Ils s'emparent, avec un engagement physique certain et non sans autodérision, des thématiques telles que l'utopie, le désaccord, le plagiat ou l'héritage des références populaires. Les ÈS créent des pièces au plateau et cherchent aussi des formes de pièces hybrides avec leur Série Populaire dans laquelle le rassemblement et le corps sont au centre. A travers 3 épisodes, ils revisitent des pratiques populaires telles que le bal, le karaoké ou le loto.

www.escollectif.com 

Portraits_Collectif Es_Adomicile 22.jpg
Visuel projet_Pauline Brun_No small mess_Adomicile22.png

Pauline Brun

Chorégraphe, performeuse et plasticienne, Pauline Brun joue avec les contextes et les différents médiums explorant le corps avec auto-dérision et à la lisière de l’absurde.


Formée au Conservatoire de Nice, à la Villa Arson, à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris et à ex.e.r.ce au Centre Chorégraphique National de Montpellier, elle déploie des propositions entre art visuel et chorégraphie.
Elle présente son travail de performances, installations et vidéos notamment au Centre George Pompidou, au MAC VAL, au Salon de Montrouge, au MAMAC, à La Station artist-run-space. En 2018, elle crée Scruffy shot, un duo avec Jonas Chéreau, où elle pose le white cube dans la black box. En 2022, elle crée le solo Raide d’équerre au 3bisf pour le Festival Parallèle où elle s’intéresse par des effets low-fi à distordre l’espace et le corps. En tant qu’interprète ou scénographe, elle collabore avec Fanny De Chaillé et Philippe Ramette, Alain Buffard (reconstruction de Mauvais Genre), Pol Pi, Jule Flierl, Nina Santes, Adaline Anobile, Jonas Chéreau, Antoine Cegarra...


Actuellement, elle travaille sur les créations Jardins pièce de groupe pour les espaces public et Tie-Tool en collaboration avec Marcos Simoes qui s’appuie sur le malentendu comme un outil chorégraphique et visuel.

www.paulinebrun.com

Galaad Le Goaster et Marjorie Burger-Chassignet

Marjorie Burger-Chassignet et Galaad Le Goaster sont directeurs artistiques des Assemblées Mobiles. Ils y développent des processus au sein desquels s'articulent danse, écritures et travail sur la voix, avec des pièces telles que The Art of dead Birds, SUMMER REMAINS et L'AUTRE HÉMISPHÈRE.


Il y ont aussi organisé en Alsace et à Bruxelles des festivals et des événements à dimension européenne, autour de la performance et de l’improvisation (IMPRéVU I-II-III, They live by night, ...), faisant se croiser plusieurs centaines d’artistes, de chercheurs, de pédagogues.
L'un et/ou l'autre se sont formés auprès de Simone Forti, Steve Paxton, Julyen Hamilton, Anna Halprin, Andrew Morrish, ...


Et l'un et/ou l'autre ont été interprètes pour Le Grand Jeu / Louis Ziegler, 01 Studio / Cécile Huet, Playsure Company / Sandra Vincent, Maria La Ribot Ensemble, Compagnie Felix Rückert, IM Company / Ivana Müller, Julyen Hamilton Company, La Brèche / Aurélie Gandit, Un Château en Espagne / Céline Schnepf, Les Patries Imaginaires / Perrine Maurin, LouseInMore / Robin Decourcy, Lola Gatt / Gaël Sesboüé, Tout va bien / Virginie Marouzé, Le Coin qui tourne / Céline Bernhard, Hors Champ / Olga Mesa, Brouniak / Sébastien Coste, Pièces détachées / Caroline Grosjean, RB / Jérôme Bel, ...


lesassembleesmobiles.eu

_c_patrick-beelaert.jpg
Visuel_Sylvain Prunenec et Ryan Kernoa_A48_crédit Sophie Laly_Adomicile22.jpg

Sylvain Prunenec et Ryan Kernoa

À deux pas des eaux brassées et tumultueuses de l’océan, celle du marais, glauque et saumâtre, semble somnoler. Les mouvements de l’eau, quasi invisibles, se font par écoulement, par drainage, par capillarité. Mais partout ça bruisse, ça clapote, ça papillonne.

Fréquenter un lieu, se laisser habiter par lui, c’est laisser résonner en nous ses éléments visibles (ses lumières, ses sons, ses mouvements...) mais aussi ses secrets, sa mémoire oubliée.

En août, on élit domicile au marais du Curnic. Avec des mots, des sons, des gestes, on entre en dialogue avec lui. On écoute, on devient roseau, drosera ou agrion de Mercure. On siffle, on chante, ou on danse la plainte et la beauté d’être ça, là, traversé par hé la la la, traversé par hé l’Alanan...