À DOMICILE 2010 

LALALALALALA

Maeva Cunci et Dominique Gillot

SAC ET POCHES

Claire Haenni

 

Dans le cadre d’un ancien centre nautique, seize habitant·es

de 9 à 70 ans font surgir la silhouette d’un Club Nature

et de ses membres dans une vraie-fausse comédie musicale

où orchidée des marais et chardon des champs, banc

de poissons et battements de cœur, cuisine aux algues

et désherbage, des romans-photo de la bibliothèque municipale, se relaient dans des chansons pop, des monologues et des chorégraphies improvisées sur twister géant.

Chacun·e des sept participant·es aux ateliers a « vidé son sac »

ou celui de sa compagne, au propre comme au figuré, devant la caméra silencieuse de l’artiste. Tout·es se sont raconté·es, se sont montré·es, dévoilé·es puis avec Claire, elles/ils ont imaginé une chorégraphie à la gestuelle familière en rapport aux dits sacs.

100 GUITARES POUR DJANGO

groupe la Pompe 

 "GWELADENNOUR ER GER" (touriste en sa demeure)

Virginie Thomas & Yasmine Youcef

Cette formation nantaise de jazz d’inspiration manouche

a proposé des ateliers aux guitaristes et violonistes locaux·les de tous âges et de tous niveaux, pour, lors des restitutions, rendre ensemble plusieurs fois hommage

à Django Reinhardt dont on fêtait le 100ème anniversaire

de la naissance.

Dans l’ancienne auberge fermée du village, les Touristes

et Autochtones Guissennien.ne.s racontent sous forme polyphonique leur récit de voyage. Parti.e.s un jour durant

dans Guisseny, par deux mais à distance, ces Touristes

et Autochtones d’occasion, racontent leur voyage.

Se partage l’intimité des perceptions, du ralentissement,

du miroir de soi.

REGISTRES

Enora rivière & Cecile Tonizzo 

« Inviter les participant·es à se remémorer, à fantasmer,

à imaginer des instants dansés », tel était le point de départ

de la collecte réalisée par les artistes, auprès d’un large public, dans tous les lieux où la danse s’est inscrite sur

le territoire. La mise en scène et en espace dans une ambiance brumeuse de ces témoignages intimes sur le ressenti des corps a permis à chaque spectateur·rice de se confronter à ses propres expériences et souvenirs.